2nd juin 2008

Eurêka! #2

J’essayais twitter4r, une librairie pour accéder à l’API twitter depuis Ruby, avec une installation Ruby sous Windows (Vista) et je me heurtais au problème suivant:

Mon serveur crashait avec une « Segmentation Fault » dans json/common.rb.

Plus spécifiquement, c’est au moment de l’appel de la méthode timeline_for que mon serveur partait dans les roses.

J’ai trouvé la solution au problème ici, mais comme c’est un article en Japonais, je me disais que ça pourrait faire plaisir à certains que je traduise.

En fait, c’est assez simple, le problème vient de la librairie json, dont dépend twitter4r. Si on installe twitter4r avec gem, comme indiqué sur le site, la librairie json est également installée, mais les binaires Win32 sont bogués. Heureusement, il existe une implémentation « pure ruby » de json, et c’est celle-la qu’il faut installer. Le problème est que si on l’installe avec gem, elle n’est pas reconnue. La solution est donc d’installer manuellement json et twitter4r.

Ca marche comment?

  • Pour json, on downloade le package json_pure sur RubyForge, on le décompresse quelque part, on va dans le répertoire json_pure-x.y.z et on exécute: ruby install.rb dans une console.
  • Pour twitter4r, on downloade le package twitter4r toujours sur RubyForge, on le décompresse quelque part, on va dans le répertoire twitter4r-x.y.z\lib et on copie le répertoire twitter et le fichier twitter.rb dans le répertoire de librairies de ruby (taper la commande ruby -e 'puts $:' pour avoir une liste).

Et voilà!

posted in Tips | Comments Off on Eurêka! #2

23rd mars 2008

Twitter: gazouillements du Web 2.0

Connaissez-vous Twitter? http://twitter.com/

Selon ses créateurs, « Twitter est un service pour amis, familles et collègues, permettant de communiquer et de rester connecté par l’échange de rapides et fréquentes réponses à la question: Qu’est-ce que vous faites? »

Twitter

Ma définition serait un peu différente, car je n’ai que peu d’amis qui utilisent (déjà) Twitter. Je dirais que la question: « What are you doing » est une excuse, une invitation a parler. Comme quand on rencontre quelqu’un et qu’on dit: « ça va? ». Pour moi, Twitter est un lieu d’expression. Twitter est parfois qualifié d’outil de « micro-blogging », car une particularité est que chaque phrase (tweet = gazouilli) que l’on poste est limitée à 140 caractères. Cette limite est importante, car elle force à être concis. Cela permet de laisser à tous la liberté d’expression.

Vu sous un autre angle, Twitter est un lieu d’écoute. Il suffit de voir la « public timeline » http://twitter.com/public_timeline, c’est-à-dire l’ensemble de tous les tweets postés par l’ensemble des utilisateurs. On a beau rafraichir la page, il y a sans cesse des nouveaux tweets, le débit est impressionnant! Et il est amusant de voir la diversité des langues utilisées. Twitter est vraiment un échantillon du monde.

Ma première réaction en voyant Twitter, fut: « Mais qu’est ce c’est que ce truc? Comment est-ce possible de passer sa journée à raconter sa vie? » Car il n’est pas rare de voir des utilisateurs poster plusieurs tweets par heure. Par la suite, en découvrant Seesmic http://www.seesmic.com/ (voir ici), je me suis enregistré sur Twitter et c’est ainsi que, par le biai des autres utilisateurs de Seesmic, je suis entré dans l’univers de Twitter, le « Twitterverse ».

Ce qui me plait beaucoup est la flexibilité de Twitter, notamment la possibilité de « suivre » et d’ « être suivi ». Contrairement a Facebook, par exemple, ou on est obligé d’être l’ami de ceux qui sont nos amis, sur Twitter, cette relation n’est pas nécessairement réciproque. Le fait de savoir qu’on peut suivre et être suivi librement permet de poster sans se soucier de « polluer » la timeline: si ce que je dis n’intéresse pas quelqu’un, cette personne n’a qu’à ne pas me suivre.

La simplicité de Twitter est aussi un atout: offrir juste le strict minimum, et un API pour permettre à d’autres d’y ajouter des fonctionnalités. Twitter est une mine d’information, et si on l’utilise correctement, peut devenir utile outre son aspect ludique.

Ceci étant dit, je trouve toujours (peut-être pas autant qu’au début) que le rapport « signal-bruit » est faible. A part peut-être quand il s’agit d’amis proches, on n’est pas toujours intéressé de savoir qu’untel s’est brossé les dents ou a fait la grasse matinée. Un peu de vie quotidienne est sympa, car cela donne un côté « humain », mais en ce qui me concerne, j’attends davantage de cet outil, notamment pouvoir l’utiliser pour diffuser ou obtenir l’information. C’est la raison pour laquelle je suis relativement sélectif par rapport aux gens que je suis, sans quoi je risque de ne suivre plus personne.

Quand je vois aujourd’hui l’évolution de l’intérêt que je porte à Twitter, celui-ci pourrait bien être décrit par ce graphe. J’ai le sentiment que Twitter est un outil intéressant, mais reste à voir dans le long terme (selon les cas, le graphe pourrait ressembler à celui-ci). Si Twitter n’est pas un mode de communication nouveau à l’instar de l’e-mail ou du SMS, c’est en tout cas un rendez-vous du Web 2.0 à ne pas manquer!

posted in Opinion | 2 Comments