10th janvier 2009

Acheter une maison au Japon! #4

Nous l’avons fait, nous avons acheté une maison au Japon!

Quelques semaines se sont d’ailleurs déjà écoulées depuis la signature de l’acte. C’est en fait peu après être passés à côté de ce que nous pensions être la maison de nos rêves, que nous avons trouvé cette magnifique maison:

Notre maison
Notre nouvelle maison

Et maintenant, nous sommes contents d’avoir « loupé » la précédente, car celle-ci est mieux encore. C’est une grande maison (140m2 habitables) sur un beau terrain (240 m2), avec un jardin au Sud. La maison a déjà vingt ans, mais elle est en béton avec armature en acier léger, et a été construite par une compagnie renommée (Sekisui House, 積水ハウス). Construite au moment de la « bulle économique », son premier propriétaire n’a pas lésiné sur les moyens, et tous les matériaux sont choisis avec soin. Bref, génial.

Le quartier aussi est rêvé: dans une ancienne « bunjôchi » (分譲地, c’est-à-dire un quartier résidentiel qui a été divisé en parcelles semblables, relativement spacieuses, à une certaine époque). C’est très calme, avec un bois à proximité. Que demander de mieux?

En y repensant, je me dis que c’est en prenant le temps de voir des maisons et de comparer, que petit à petit, nous avons découvert ce que nous voulions. Une maison, c’est très personnel: ce qui me plait ne te plaira pas forcément. Dans notre cas, nous avons réalisé ce qui était important pour nous: une maison spacieuse, dans un quartier résidentiel (les alentours de la maison sont presque aussi importants que la maison elle-même!) et calme, une construction solide, une maison ayant du caractère, sortant de l’ordinaire. Et aussi, nous avons compris ce qui n’était pas important pour nous: la proximité de la gare (nous sommes à 15min en bus de la gare), la nouveauté (nous ne voulions pas d’une maison neuve), les services (ex: concierge) que l’on peut obtenir dans un grand immeuble, ni même la proximité du centre de Tôkyô (quoi qu’en express, il faut a peine 45 min pour arriver au centre).

Une fois que nous avons trouvé, il a fallu aller très vite: faire une offre, et lancer les demandes de prêt auprès des organismes financiers. Il est relativement difficile pour un étranger d’obtenir un prêt au Japon sans avoir le statut de résident permanent (eijuuken, 永住権) mais cela n’est pas impossible. Les grandes banques demandent les conditions suivantes: travailler (CDI) dans une entreprise de taille moyenne, avoir une somme de départ équivalente à min 20% du montant total de l’achat, et avoir fait la demande de résident permanent (chose amusante: il suffit d’avoir fait la demande et n’est pas nécessaire qu’elle soit acceptée, ce qui est heureux étant donné la longue période nécessaire pour obtenir une réponse).

Ensuite, il fallu moins de deux mois avant que nous soyons dans la maison. Tout cela s’est vraiment bien goupillé, car avec la naissance de ma deuxième fille, nous commencions vraiment à nous sentir à l’étroit dans l’appartement que nous habitions.

La leçon que j’en retire est une leçon de patience et de persévérence.

posted in Family | 6 Comments

19th juillet 2008

Acheter une maison au Japon? #3

Maison japonaise
Maison japonaise

Loupé de peu…

Dimanche passé, nous avons vu une maison qui nous plaisait vraiment: située un peu loin de la gare certes, mais avec un terrain de plus de 70 tsubo (soit 233 m2), le bâtiment faisant (sur deux étages) environ 165 m2. Bref, des proportions gigantesques pour une maison japonaise. Jardin ombragé, garage sous-terrain, grande terrasse, quartier résidentiel calme, parc à deux pas, école pas loin. Et en plus, un style intérieur vraiment particulier pour une maison japonaise: outre la salle-à-manger et les chambres en plancher, le living est en marbre! Les portes, fenêtres etc. sont de style plutôt européen, en tout cas pas japonais pour un sou. Une washitsu, quand même, mais curieusement pas très japonaise. Inutile de vous dire que nous avons flashé. Mais…

Maison japonaise
Maison japonaise

L’agent immobilier nous a prévenu qu’un autre acheteur était déjà sur le coup, et… qu’il devait signer l’acte mardi, soit 2 jours plus tard. Pas grand chose à faire, nous dit-il, si ce n’est poser une option, en proposant le prix plein, et en espérant que le premier acheteur offre moins (car vu le nombre d’intermédiaires, il est difficile de savoir ce que chaque acheteur propose). C’est donc ce que nous avons fait, sans trop espérer. Mais voilà que…

Mardi, notre agent immobilier nous téléphone pour nous dire que l’acte n’a pas été signé, et pour nous demander nos disponibilités les jours prochains. Autant vous dire, nous y avons cru. L’espace de deux jours. Malheureusement, jeudi, l’on nous annonce que l’acte est signé, la maison est vendue… Que s’est-il passé? Nous ne le saurons probablement pas, mais il est possible que la loi de l’offre et de la demande ait joué, et que notre offre aura permis au vendeur d’exiger le prix plein du premier acheteur. Ce que celui-ci aura accepté, car la maison lui plaisait vraiment.

Voilà. Je suis presque sûr que nous ne trouverons pas une autre maison comme celle-ci, car elle était vraiment particulière. Mais je pense que nous trouverons « chaussure à notre pied », en temps voulu. Une chose est sûre: nous avons eu devant les yeux une affaire qui nous fera porter un regard différent sur les maisons que nous verrons dans le futur.

posted in Family | 4 Comments

11th juin 2008

Ne PAS acheter une maison au Japon?

Je vous parlais récemment de mes recherches sur le marché de l’immobilier au Japon (ici et ici).

Mais en lisant ce post sur le blog de Seth Godin, je me dis que dans l’absolu, ce n’est peut-être pas une bonne idée. Seth dit en effet: « Only borrow money to pay for things that increase in value. »

Pour acheter une maison au Japon, il faudrait donc:

  • que je sois riche, ou
  • que les maisons japonaises gagnent de la valeur avec le temps

Ca vaudrait peut-être une petite réflexion…

posted in Opinion | Comments Off on Ne PAS acheter une maison au Japon?

7th juin 2008

Acheter une maison au Japon? #2

Il y a quelques temps, je vous ai parlé du marché immobilier au Japon. De quoi se décourager? Peut-être, mais ne baissons pas les bras et voyons si une affaire est possible.

Les deux maisons que nous avons vues la semaine passées sont fort différentes, mais partagent aussi plusieurs points communs. Nous cherchons une maison plutôt spacieuse (selon le standard japonais), soit plus de 100m2 de surface habitable, alors que la moyenne est souvent (maximum) autour de 80m2 à Tôkyô, mais pas nécessairement près de la gare.

La première maison que nous avons vue est une maison en « béton armé léger » (軽量鉄骨象 keiryô tekkotsu zô) de fabrication « Hebel » (へーベルハウス = « Hebel haus ») de 104.95m2 (terrain: 121m2), située à 19 min à pied de la gare de H. (en haut d’une pente assez raide). La maison a 6 ans à peine, est garantie 10 ans, et est vantée comme étant une « habitation de 60 ans », la firme l’ayant construite (Asahi-Kasei) proposant un programme de maintenance avec visites régulières (tous les 5 ou 10 ans). L’agent immobilier nous dit que le terrain doit bien valoir 700,000 yen / tsubo (坪) càd environ 212,121 yen / m2. Et que la maison doit bien valoir 13,000,000 yen, ce qui nous donne 120m2 x 212,121 yen / m2 + 13,000,000 yen = environ 38,000,000 yen. Le prix proposé étant de 35,000,000 yen, selon l’agent immobilier, c’est « une affaire », étant donné que le prix d’une maison neuve « clé-sur-porte » dans le coin est de l’ordre de 40,000,000 yen. La maison est équipée « high-tech »: verrouillage avec code, cuisine « tout électrique », lampes hallogènes, etc. et est pour ainsi dire habitable immédiatement (juste les murs à retapisser).

Maison japonaise
Maison japonaise

La deuxième maison que l’agent immobilier nous fait visiter (voir ci-contre) est située à 17 min à pied de la gare de T. (gare suivante), avec une surface habitable de 115.82m2 sur un terrain de 132m2 (un peu plus spacieuse que l’autre). Grosse différence: la construction est en bois (木造) et a 17 ans. L’agent immobilier estime le terrain à 800,000 yen / tsubo, soit 242,424 yen / m2 et la maison elle-même à environ 0! Au Japon, une maison en bois perd en effet toute sa valeur en une génération à peine. Cela nous donne 132 m2 x 242,424 yen / m2 + 0 = 32,000,000 yen. La maison est vendue au prix de 31,000,000 yen avec déjà 1,000,000 yen de rabais potentiel. L’intérieur est cependant fort habimé: il faut refaire les murs, le plancher, la plomberie etc. … il y en a pour 4,000,000 yen de frais. A noter aussi: la gare de T. est plus prisée que la gare de H., car mieux fournie en commerces etc. Et le chemin jusqu’à la maison est plat.

Ma première impression: les deux maisons coûtent le même prix, 35,000,000 yen (si l’on inclut les travaux dans la 2ème). La grosse différence que je vois est que la maison de T. est considérée comme valant 0 yen, et que l’achat est porte donc essentiellement sur le terrain. L’agent immobilier nous précise en outre qu’une maison en bois coûte plus cher à l’entretien qu’une maison en béton (compter 10,000 yen par mois pour l’entretien d’une maison en bois). Je suis tenté de penser que la maison en bois est plus intéressante, en comptant sur le fait que le prix du terrain ne va pas trop baisser (à confirmer) et que je peux quand même habiter la maison, même si elle est considérée « ne rien valoir ».

Nous sommes retourné voir la maison de T., et nous y avons rencontré un voisin, qui nous a dit que le terrain ne valait sans doute pas 800,000 yen / tsubo, mais plutot 700,000 yen / tsubo (et encore). Et il nous a dit: « beaucoup de gens sont venus visiter cette maison et elle n’est toujours pas vendue; (je ne devrais pas vous dire ça, mais) elle ne vaut pas grand chose… Prenez votre temps pour choisir. » –leçon 1: ne pas croire tout ce que les agents immobiliers vous racontent!

L’agent immobilier nous a dit que la maison appartenait en fait à une banque (il s’agissait d’une saisie, le propriétaire n’ayant pu rembourser son prêt), et que si la maison n’était pas vendue 2 semaines plus tard, ils la vendraient aux enchères (beaucoup moins cher que le prix annoncé), probablement à un agent immobilier qui la rénoverait et la revendrait plus cher…

N’ayant pas vu tellement d’autres maisons, je ne peux pas dire si celle-ci était celle qu’il me fallait, mais je continue de penser qu’à choisir, je préfère la maison en bois. Et vous, avec ces données en main, quel est votre choix?

posted in Uncategorized | 9 Comments

4th février 2008

Acheter une maison au Japon?

On dit que « les Belges ont une brique dans le ventre », car ils ont tendance à investir dans l’immobilier en pensant que louer c’est jeter l’argent par les fenêtres. Et en Belgique, c’est sans doute justifié car l’immobilier a tendance à gagner de la valeur avec le temps.

Au Japon par contre, ce n’est pas évident. Au contraire. (C’est la raison du point d’interrogation dans le titre de cet article: est-il possible de bien acheter au Japon?) Il y a plusieurs raisons à cela:

Maison traditionnelle japonaise1. Les maisons au Japon sont soumises à rude épreuve: climat très humide, tremblements de terre, « fourmis blanches » (シロアリ shiro-ari) et j’en passe. Leur durée de vie s’en trouve donc réduite, et il n’y a pas de système fiable d’inspection des maisons remises en vente.

2. Les maisons neuves « clé-sur-porte » construites à la chaine (建売 taté-uri) ne sont pas faites pour durer: construites « à la va-vite » avec des matériaux bon marché. On dit qu’une maison de 30 ans ne vaut plus rien au Japon: on ne peut compter que le prix du terrain. (Il y a bien sûr des exceptions: j’ai visité ces derniers-temps une maison traditionnelle japonaise, faite de bois de qualité qui malgré ses 25 ans était comme neuve et pourrait encore être habitée pendant plus de cent ans).

3. La maintenance des maisons ne fait pas partie de la culture au Japon: les gens habitent la maison, mais « oublient » qu’il faut parfois l’entretenir, la repeindre, réparer les murs ou la toiture, etc. Lorsqu’une maison est rénovée (les japonais utilise le terme « réforme » リフォーム), c’est presque toujours via une société spécialisée, rarement par les particuliers, ce qui allourdit les couts.

4. Les japonais aiment ce qui est neuf. Ca peut paraitre idiot, mais c’est vrai: les gens sont moins sensible au fait que le bâtiment a une histoire, et bien sûr, à cause des raisons énoncées au point 1, il est risqué d’acheter une maison ancienne (qui pourrait avoir des vices cachés). Et c’est accentué par les agents immobiliers, qui privilégient les constructions neuves.

5. Le « trou noir de l’immobilier » (merci à Alban pour le lien!). En gros: il y a une baisse de la demande (faible démographie) et une augmentation de l’offre de logements (neufs), conduisant à une chute des prix des biens immobiliers anciens.

Alors, dans cette situation, est-il possible d’acheter un bien immobilier sans qu’il perde de sa valeur? Cela n’a pas l’air gagné. (D’ailleurs ici, au Japon, les banques refusent de considérer la maison comme gage du prêt: il faut soit travailler pour une grosse entreprise, soit avoir une solide assurance-vie…)

La valeur d’un bien immobilier aux yeux des japonais est très liée aux facteurs suivants:

  • Accessibilité: distance de la gare la plus proche
  • Superficie: l’espace est apprécié (quoique beaucoup de japonais sont résolus à vivre dans un espace beaucoup plus étroit qu’en Europe)
  • Nouveauté: comme expliqué plus haut, le neuf est très apprécié

Or comme la superficie ne change pas, et la nouveauté se perd au fil des années, il reste l’accessibilité. Celle-ci ne change pas non plus me direz vous, à moins que… le quartier se développe, une nouvelle gare se construise (ou bien une petite gare existante prenne de l’importance), des écoles, des supermarchés se construisent. Mon idée est donc que la seule issue au problème de la perte de valeur de l’immobilier au Japon est de trouver les quartiers qui vont se développer. Acheter un bien à prix raisonable et l’entretenir au mieux, en misant sur l’expansion de la ville.

Notez que je ne suis qu’au début de mes recherches, donc si vous avez des info ou conseils, je suis preneur!

posted in Uncategorized | 8 Comments