27th 1月 2008

Clin d’oeil ;)

Un clin d’oeil pour mon frangin. Je n’ai pu m’empêcher de penser à lui en souriant lorsque j’ai vu les panneaux suivants dans un centre commercial au Japon.

Avenue du Rémi   Avenue du Rémi

posted in Funny | Comments Off on Clin d’oeil ;)

27th 1月 2008

Fabrication de chaussons en laine

Je me suis fabriqué une paire de chaussons en feutrine, à partir de laine brute. Aidé par mon épouse (qui avait déjà de l’expérience dans le domaine, car elle a fabriqué deux paires de chaussons pour ma fille), j’ai mis la main à la pâte (enfin… à la laine), pour confectionner ces chaussons, qui sont bien chauds et très confortables [*].

Chaussons de feutrine faits main

Le procédé de fabrication est assez simple, en théorie, mais il faut quand même attrapper un certain “coup de main”:
1. Se procurer de la laine brute (ici, de la laine de mérinos), j’en ai utilisé environ 360g pour cette paire si ma mémoire est bonne.
2. Fabriquer un “patron” en carton dur, et le recouvrir de plastique (ex. sac plastique) pour éviter qu’il n’absorbe l’eau.
3. Préparer la laine: il faut séparer les fibres jusqu’à obtenir de très fins voiles.
4. Préparer de l’eau savonnée (ex. eau + produit de vaisselle).
5. Poser une très fine couche de laine brute sur le patron.
6. Mouiller la laine avec l’eau savonnée.
7. Frotter doucement la laine (dans le sens des fibres), jusqu’à ce qu’elle se transforme en feutrine.
8. Retourner le patron et répéter les étapes 5-7 de l’autre côté.
9. Répéter les étapes 5-8 en alternant la direction des fibres (verticale / horizontale), jusqu’à avoir utilisé toute la laine (environ 180g par chausson).
10. “Démouler” le chausson, en retirant le patron, ouvrir une fente au niveau de la cheville à l’avant du chausson, et retourner le chausson. Notez que la première (resp. dernière) couche de laine est celle qui se retrouvera à l’extérieur (resp. l’intérieur) du chausson. (Dans ce cas-ci, j’ai donc commencé par la laine bleue, que j’ai recouverte de laine blanche.)
11. Presser le chausson et l’essorer soigneusement afin de vider l’eau et de renforcer la feutrine.
12. Recommencer les étapes 1-11 pour le deuxième chausson (ou bien demander à un(e) ami(e) de fabriquer l’autre chausson pendant que vous fabriquez le premier!)
13. Faire sécher les chaussons. Et voilà!

Clairement, c’est plus vite dit (écrit) que fait (j’ai quand même mis 3h pour un chausson), et le plus difficile quand on n’a pas l’habitude, est selon moi l’étape 7 qui consiste à frotter doucement la laine pour qu’elle se transforme en feutrine. Il faut commencer vraiment doucement pour éviter que les fibres ne “prennent mal” (=fassent des boules), et il faut frotter suffisemment longtemps que pour que toute la laine se “feutrinise” complètement (sinon, le chausson va se décomposer rapidement).

Attention aussi à bien répartir la laine (de façon équitable), et à soigner les bords du patron pour que le “recto” et le “verso” soient bien connectés.

Etant vraiment débutant dans la matière, j’espère ne pas avoir dit de bêtises (corrigez-moi si vous en voyez), et je ne pourrai pas vous en dire tellement plus. Mais n’hésitez pas à demander conseil aussi au magasin où vous vous procurerez la laine brute.

Sur ce, bon hiver… les pieds au chaud!!

[*] Je pensais ne pas encore avoir l’âge de porter des pantoufles de papy, mais comme au Japon on se déchausse à l’intérieur (notre appartement ne fait pas exception), et que le chauffage central n’est pas vraiment répandu ici, je suis bien content de ces chaussons.

posted in Hobby | 4 Comments

11th 1月 2008

Onsen chauffé à la biomasse

L’autre jour, nous sommes allés nous relaxer dans un onsen (温泉 source chaude) à l’Ouest de la ville de Tôkyô. L’onsen Seotonoyu 瀬音の湯, qui a ouvert ses portes l’année dernière, a cela de particulier que ses chaudières sont alimentées par la biomasse de la région.

Seotonoyu

Foret dans la region d’AkirunoLa biomasse est l’ensemble des matières organiques (vivantes ou mortes récemment) pouvant servir de combustible. Des exemples de constituants de la biomasse sont le bois (évidemment), mais aussi: les résidus verts, la paille, le fourrage, les céréales ou l’huile… La ville d’Akiruno あきる野 et alentours, bien que faisant partie de l’agglomération de Tôkyô compte encore un grand nombre de forêts. Leur entretient permet de récupérer d’importantes quantités de bois et résidus organiques qui, autrement, ne seraient pas utilisés. Autrefois, le bois recueilli de cette manière servait à fabriquer des baguettes jetables, les wari-bashi 割箸 (litt.: “les baguettes à séparer”, car on les sépare avant de les utiliser), mais aujourd’hui, leur fabrication est devenue trop chère que pour être rentable. L’initiative mise en oeuvre de concerts par les autorités, les entreprises, et les habitants ne se limite pas au seul onsen. Chaque année, sur les 5000 tonnes de biomasse récoltée, environ 2480 tonnes sont utilisées pour le chauffage et comme source d’énergie de maisons écologiques.

Chaudieres de l’onsen SeotonoyuL’onsen de Seotonoyu, quant à lui, utilise 1200 tonnes pour 1500 tonnes récoltées pour le chauffage de l’eau des bains. Ci-contre, photo des impressionantes chaudières qui sont capables de brûler le bois pratiquement sans nécessiter de le couper. L’eau puisée de à source est à la température de 27.2 degrés centigrades. De là, une partie est chauffée à 45 degrés (pour les bains) et l’autre à 60 degrés (pour le chauffage).

Voilà donc une idée de destination pour un week-end si vous êtes dans la région de Tôkyô. L’onsen offre un rotemburo (露天風呂 bain extérieur), un bain pour les pieds (ashiyu 足湯) et… un excellent restaurant!

posted in Travel | 2 Comments

6th 1月 2008

Tirer les rois au Japon

Cette année-ci, nous avons tiré les rois à deux reprise en une semaine. C’est une coutume méconnue de la plupart des japonais, mais chose bizarre: on vend des galettes des rois dans les department store à Tôkyô! Alors quand on vend un produit mais qu’on ne sait pas comment cela s’utilise, cela cause inévitablement quelques bizarreries.

Galette japonaisePremière tentative. Je choisis la galette et la dame du magasin me dit:
“Pour éviter que les gens ne s’étranglent en mangeant le gâteau, la fève est distribuée séparément, et c’est à vous de la mettre dans la galette”. …
C’est moi qui ai failli m’étrangler en entendant cette excuse bidon! Et quand je lui demande comment on est sensé faire, elle me dit:
“Oh, il suffit de la glisser dans une des parts après avoir coupé la galette”.
Ah c’est malin! Heureusement, j’ai pu me débrouiller pour faire cela discrètement, et entre nous, la galette était délicieuse.

Vive le roi!Deuxième tentative, deux jours plus tard dans un autre magasin. D’abord, quand je commande la galette, la brave dame ne comprend pas ce que je veux. Bon, j’admets que j’ai dit “galette des rois kudasai” (=une galette des rois svp) au lieu de “garetto dé rowa kudasai” (ガレット・デ・ロワ下さい), mais bon, il faudrait quand même apprendre le nom de ce qu’on a dans l’étalage, ma p’tite dame. Ensuite, comme je me rappelle du coup de la fève fournie séparément deux jours plus tôt, et que je vois la fille qui m’emballe la galette sans rien dire, je lui demande:
“Est-ce qu’il y a une fève dans la galette?”
(question idiote, je sais, mais pas si idiote que cela au Japon). La pauvre fille me répond:
“Shôshô o machi kudasai” (=un instant svp)
et court chez sa supérieure demander ce que le gaijin au comptoir (moi) appelle une fève. Elle revient avec le sourire, et sort du comptoir quelques fèves et me dit:
“Vous avez droit à un jouet avec le gâteau, vous pouvez choisir parmis les jouets suivants”.
La pauvre n’a apparemment pas compris a quoi ça sert. C’est pas grave, pas le temps de lui expliquer, je regarde les fèves qu’elle me tend pour choisir et, stupeur, je réalise que j’ai le choix entre: (1) une andouille et (2) des piments (en porcelaine). Cool idée pour une fève. Tant qu’a faire, j’opte pour l’andouille, je paye et je m’en vais. Et c’est pas fini: à mon retour, je lis la notice (si-si au Japon, il y a une notice sur les galettes des rois) qui dit: “Pour éviter les étranglements (encore, c’est une fixation dis-donc), nous avons remplacé la fève par une amande”. Oh ho! Joli, les japonais! Comme ça, pas besoin de mettre la fève dans la galette, celui qui tombe sur l’amande est le roi et reçoit un super jouet comme récompense (une andouille dans ce cas-ci)!

On a bien ri en tout cas.

posted in Events | 2 Comments