10th janvier 2009

Acheter une maison au Japon! #4

Nous l’avons fait, nous avons acheté une maison au Japon!

Quelques semaines se sont d’ailleurs déjà écoulées depuis la signature de l’acte. C’est en fait peu après être passés à côté de ce que nous pensions être la maison de nos rêves, que nous avons trouvé cette magnifique maison:

Notre maison
Notre nouvelle maison

Et maintenant, nous sommes contents d’avoir « loupé » la précédente, car celle-ci est mieux encore. C’est une grande maison (140m2 habitables) sur un beau terrain (240 m2), avec un jardin au Sud. La maison a déjà vingt ans, mais elle est en béton avec armature en acier léger, et a été construite par une compagnie renommée (Sekisui House, 積水ハウス). Construite au moment de la « bulle économique », son premier propriétaire n’a pas lésiné sur les moyens, et tous les matériaux sont choisis avec soin. Bref, génial.

Le quartier aussi est rêvé: dans une ancienne « bunjôchi » (分譲地, c’est-à-dire un quartier résidentiel qui a été divisé en parcelles semblables, relativement spacieuses, à une certaine époque). C’est très calme, avec un bois à proximité. Que demander de mieux?

En y repensant, je me dis que c’est en prenant le temps de voir des maisons et de comparer, que petit à petit, nous avons découvert ce que nous voulions. Une maison, c’est très personnel: ce qui me plait ne te plaira pas forcément. Dans notre cas, nous avons réalisé ce qui était important pour nous: une maison spacieuse, dans un quartier résidentiel (les alentours de la maison sont presque aussi importants que la maison elle-même!) et calme, une construction solide, une maison ayant du caractère, sortant de l’ordinaire. Et aussi, nous avons compris ce qui n’était pas important pour nous: la proximité de la gare (nous sommes à 15min en bus de la gare), la nouveauté (nous ne voulions pas d’une maison neuve), les services (ex: concierge) que l’on peut obtenir dans un grand immeuble, ni même la proximité du centre de Tôkyô (quoi qu’en express, il faut a peine 45 min pour arriver au centre).

Une fois que nous avons trouvé, il a fallu aller très vite: faire une offre, et lancer les demandes de prêt auprès des organismes financiers. Il est relativement difficile pour un étranger d’obtenir un prêt au Japon sans avoir le statut de résident permanent (eijuuken, 永住権) mais cela n’est pas impossible. Les grandes banques demandent les conditions suivantes: travailler (CDI) dans une entreprise de taille moyenne, avoir une somme de départ équivalente à min 20% du montant total de l’achat, et avoir fait la demande de résident permanent (chose amusante: il suffit d’avoir fait la demande et n’est pas nécessaire qu’elle soit acceptée, ce qui est heureux étant donné la longue période nécessaire pour obtenir une réponse).

Ensuite, il fallu moins de deux mois avant que nous soyons dans la maison. Tout cela s’est vraiment bien goupillé, car avec la naissance de ma deuxième fille, nous commencions vraiment à nous sentir à l’étroit dans l’appartement que nous habitions.

La leçon que j’en retire est une leçon de patience et de persévérence.

posted in Family | 6 Comments

18th septembre 2008

Camille est née!

Notre deuxième fille est née hier, cela mérite bien un post :)

Elle s’appelle Camille, et la transcription en Japonais est 迦実 (kamii). Comme on me pose souvent la question de la signification du nom, voilà une petite explication: le premier kanji, (ka) n’a en fait pas de signification particulière en Japonais, c’est un caractère utilisé pour sa prononciation uniquement. Le caractère apparait notamment dans le mot shaka 釈迦 (signifiant Bouddha), mais la signification que je lui donne personnellement est plutot basée sur la composition du caractère: la partie centrale 加 signifie « ajouter », et la partie extérieure Path est « le chemin », que je traduis (très librement) comme un « chemin de Vie ». Le deuxième caractère , lui, est plus trivial. Il signifie « fruit » ou encore (dans un autre contexte) « certitude ». Ma traduction du nom de Camille est donc, les « fruits d’un chemin de Vie ». Vous pouvez la retrouver dans le petit haiku (poème Japonais en 17 syllabes) suivant:

Douce pluie d’automne.
Camille, tu portes les fruits
d’un chemin de Vie.

J’ai d’ailleurs inclus ce petit haiku dans le faire-part en Flash accessible ici (n’oubliez pas de tournez les pages avec la souris!).

Et pour terminer, voici une photo de Camille, et une photo de sa grande soeur Manon 2 ans et demi plus tôt. Ressemblance fortuite?

Manon Camille

posted in Family | 2 Comments

11th septembre 2008

Ma fille a grandi en un an!

Le week-end passé, nous avons participé à un petit festival organisé tous les ans par la (future) école maternelle de ma fille. Ce qui est intéressant est que nous avons participé à ce festival il y a un an (pratiquement jour pour jour), et que les activités étaient les mêmes que l’année passées.

« Pourquoi est-ce intéressant? » me direz-vous. Eh bien car j’ai pu retrouver ma fille dans une situation pratiquement identique à celle d’il y a un an, et voir son évolution. Epoustouflant! L’année passée, Manon avait 19 mois (cette année, 2 ans et 7 mois) et on voit vraiment le changement: elle est passée du stade bébé passif, au stade de l’enfant actif, qui prend sa place dans les activités.

Jugez par vous-même (les photos de gauche sont de 2007, celles de droite sont de 2008).

Eau 2007 Eau 2008
Vent 2007 Vent 2008
Feu 2007 Feu 2008

posted in Family | 1 Comment

19th juillet 2008

Acheter une maison au Japon? #3

Maison japonaise
Maison japonaise

Loupé de peu…

Dimanche passé, nous avons vu une maison qui nous plaisait vraiment: située un peu loin de la gare certes, mais avec un terrain de plus de 70 tsubo (soit 233 m2), le bâtiment faisant (sur deux étages) environ 165 m2. Bref, des proportions gigantesques pour une maison japonaise. Jardin ombragé, garage sous-terrain, grande terrasse, quartier résidentiel calme, parc à deux pas, école pas loin. Et en plus, un style intérieur vraiment particulier pour une maison japonaise: outre la salle-à-manger et les chambres en plancher, le living est en marbre! Les portes, fenêtres etc. sont de style plutôt européen, en tout cas pas japonais pour un sou. Une washitsu, quand même, mais curieusement pas très japonaise. Inutile de vous dire que nous avons flashé. Mais…

Maison japonaise
Maison japonaise

L’agent immobilier nous a prévenu qu’un autre acheteur était déjà sur le coup, et… qu’il devait signer l’acte mardi, soit 2 jours plus tard. Pas grand chose à faire, nous dit-il, si ce n’est poser une option, en proposant le prix plein, et en espérant que le premier acheteur offre moins (car vu le nombre d’intermédiaires, il est difficile de savoir ce que chaque acheteur propose). C’est donc ce que nous avons fait, sans trop espérer. Mais voilà que…

Mardi, notre agent immobilier nous téléphone pour nous dire que l’acte n’a pas été signé, et pour nous demander nos disponibilités les jours prochains. Autant vous dire, nous y avons cru. L’espace de deux jours. Malheureusement, jeudi, l’on nous annonce que l’acte est signé, la maison est vendue… Que s’est-il passé? Nous ne le saurons probablement pas, mais il est possible que la loi de l’offre et de la demande ait joué, et que notre offre aura permis au vendeur d’exiger le prix plein du premier acheteur. Ce que celui-ci aura accepté, car la maison lui plaisait vraiment.

Voilà. Je suis presque sûr que nous ne trouverons pas une autre maison comme celle-ci, car elle était vraiment particulière. Mais je pense que nous trouverons « chaussure à notre pied », en temps voulu. Une chose est sûre: nous avons eu devant les yeux une affaire qui nous fera porter un regard différent sur les maisons que nous verrons dans le futur.

posted in Family | 4 Comments

26th février 2008

Bientôt le Hina Matsuri…

Ca y est: on a resorti les poupées hina (雛人形). (Enfin, ça fait déjà plus d’une semaine, mais je ne trouve pas le temps de bloguer).

Poupees HinaAu Japon, la préparation du Hina Matsuri (Festival des Poupées), c’est un peu comme quand on décore un sapin de Noel. On retrouve les poupées qui ont dormi pendant 11 mois et on prend plaisir à les astiquer et à les disposer sur le promontoire… en chantant la chanson du Hina Matsuri:

灯りをつけましょう雪洞に♪
Akari wo tsukemasho bombori ni,
お花をあげましょ桃の花♪
O hana wo agemasho momo no hana …

Puis, on pose des friandises (hina arare ou fuwa sen) en attendant patiemment le grand jour pour les déguster.

Poupees HinaAu fond, je me suis demandé d’ou vient le terme hina 雛, et j’ai trouvé une réponse ici. L’appellation viendrait de « hiyoko » (poussin) rappelant le côté petit et mignon des poupées. Elles trouvent leur origine à l’époque Heian (794-1185), où elles étaient sensées repousser la saleté et les catastrophes. Au départ, faites de papier ou de terre, les poupées hina étaient debout. Ce n’est que plus tard (vers l’époque Muromachi, 1392-1573) qu’elles se sont assises. Et c’est depuis l’ère d’Edo (1603-1868) qu’on décore les poupées le 3 mars, lors de la floraison des pêchers.

Voilà pour la culture. Mais pour moi, le plus grand plaisir du Hina Matsuri est de voir ma fille toute excitée et joyeuse de sortir les poupées et de remonter sa boite à musique en chantonnant la petite mélodie.

posted in Family | Comments Off on Bientôt le Hina Matsuri…

6th février 2008

Ma fille aime les histoires…

… mais pas n’importe lesquelles!

Alors que, comme d’autres enfants, elle aurait pu aimer ceci:

Sailor Moon

… ou encore cela:

Pokemon

Voici le manga que ma fille préfère:

Sazae-san

Eh oui, Sazaé-san! Et je vous assure, ce n’est pas moi qui lui ai inculqué ça. Le manga qu’on a à la maison est en noir et blanc, mais elle adore. Ce qu’elle aime dans ces histoires de la vie de tous les jours, où il ne se passe rien de spécial? C’est sans doute qu’il y a toujours quelque chose à apprendre. Elle ne cesse de poser plein de questions: Qu’est-ce que c’est ça? Et pourquoi Sazaé-san fait ça?

Son personnage préféré? C’est « Funé » フネ, la maman de Sazaé. Avouez que pour ses deux ans, elle a des goûts raffinés, non? 😉

posted in Family | 2 Comments