11th décembre 2011

JSCP 2011

This year again, I took part to the annual meeting of the Japanese Society of Clinical Pathway on December 9-10.  This year, it took place in Tokyo, at the prestigious Keio Plaza Hotel in Shinjuku and the chairman was Prof. Fukui of St Luke International Hospital.

The theme of the 12th edition was: the Future of Multi-Disciplinary Team Care.

The main topics covered this year were mostly recurring with respect to previous years:
1. Critical Indicators (CI) or Quality Indicators (QI)
2. Analysis of Variance, and Outcome Master
3. Pathway of Regional Cooperation
4. Multi-disciplinary Team
5. DPC (diagnosis procedure combination) and Clinical Pathway

Moreover, this year, 2 special guests were invited:
Prof. Shigeaki Hinohara, who turned 100 years old this year, and delivered a powerful message on stage, about the concept of Team Based Learning.  Truely amazing.
Prof. Junichiro Kawaguchi, professor of aerospacial research at Kyoko University, who talked about a completely unrelated topic (apparently, at least): the amazing story of Hayabusa, the spacecraft which made a 7 year trip into space before landing back on Earth, after multiple technical troubles.

And last but not least, this year’s conference also covered the terrible earthquake of Tohoku (Northern Japan) and its consequences in the medical world.

The attendence was more than 2,400 people, less than average, but not too bad considering the difficult year it was for Japan.

Here are a few notes I took.

Read the rest of this entry »

posted in Events | Comments Off on JSCP 2011

8th février 2009

Société Japonaise de Gestion des Soins de Santé: 9ème conférence de la branche de Tokyo

J’ai participé aujourd’hui à la 9ème conférence du JHM –branche de Tôkyô (Japanese Society for Health Care Management, qui émane de la Faculté de Médecine de la Toho University), dont le thème était: « Construire une structure pour permettre de dispenser des soins de santé sûrs et de bonne qualité ». Tout un programme!

Voici un petit compte rendu des sessions auxquelles j’ai assisté.

9:30-10:00: A1 Introduction, par le professeur Tomonori HASEGAWA (Toho University)

Mots-clés: TA (technology assessment), RCT (randomized clinical trial), EBM (evidence-based medicine), Guidelines (*). Mais il y a un changement de paradigme: les maladies sont plus complexes et l’EBM n’est pas aussi facile a mettre en oeuvre. L’évidence est dynamique (concept de Learning Healthcare System).

Les thèmes clés de cette conférence: gestion d’hôpital (balance scorecards), sécurité, qualité et informatisation.

(*) Il existe au Japon deux bases de données de « guidelines »:

10:00-10:45 T1 « Imaginer l’hôpital d’une société de personnes agées » par le professeur Toshihiko HASEGAWA

Partant de l’histoire des hôpitaux, au Japon et dans le monde, le professeur indique un changement: l’hôpital s’est progressivement étendu, évoluant d’une maison familiale à un complexe d’hôpitaux, et il prédit même que cette évolution va continuer pour couvrir une ville entière (cf. le Global Age-Friendly Cities Project de l’OMS).

12:15-13:00 L1 (Luncheon seminar): « Ce que doit être l’éducation et l’entrainement à la sûreté dans les soins de santé »

Présentation de vidéo d’éducation et de séances d’entrainement de personnel dans les services d’urgence, pour apprendre à acquérir les bons réflexes devant un patient en crise. A propos, savez-vous comment utiliser un AED?

13:00-13:45 K2 « Théorie et pratique des Balanced Scorecards (BSC) » par le professeur Tetsuo TAKEKAWA

Présentation de l’utilisation de Balanced Scorecards (BSC) pour juger et améliorer différents aspects de l’hôpital. L’idée est qu’un « hôpital de haute qualité » n’est pas seulement un hôpital qui dispense des soins très pointus (comme un hôpital universitaire par exemple), mais que le jugement global est en fait une « balance » entre différents axes (qui sont liés). 5 axes sont proposés pour évaluer la qualité globale d’un hôpital: (1) finances, (2) qualité des soins, (3) satisfaction des patients, (4) gestion de l’organisation, (5) resources humaines. L’idée est ensuite de définir des métriques et des « poids relatifs » pour chacun de ces axes, et de calculer les « scores ». Le professeur va même jusqu’à calculer le bonus des employés de l’hôpital sur base de ces scores, afin de leur en signifier l’importance.

14:00-15:00 B81-B86 Utilisation pratique des Systèmes Informatiques

  • B81 « Conception et mise en oeuvre d’un système d’aide à la guidance relative aux médicaments, visant l’utilisation de médicaments en toute sécurité » par le prof. IWASE

    Présentation d’un système informatique assez sophistiqué pour la gestion des médicaments, permettant notamment la définition de limites de doses, et utilisable dans un système de trajet de soin informatisé.

  • B82 « Recherche sur l’utilisation d’un nouveau système de code-barre pour les médicaments afin d’améliorer la sécurité des traitements » par Fujiko HASEGAWA

    Un nouveau système de code barre permettant l’identification plus précise de médicament, ainsi que la vérification de la date de péremption, est présenté. Cependant, il semble que les bénéfices d’un tel système n’ont pu être observés à cause d’un manque d’information du personnel soignant.

  • B83 « Effets de l’introduction d’un dossier patient informatisé sur les problèmes rapportés par le pharmacien concernant les perfusions » par le prof. Hiroshi FUJITA

    Baisse significative des problèmes liés à l’administration d’un médicament à un mauvais patient, ainsi que des problèmes dus à des problèmes de lecture (prescriptions manuscrites vs. informatiques).

    Cependant, augmentation significative des problèmes liés aux allergies, probablement dû à une mauvaise conception du dossier patient informatisé (l’information sur les allergies n’apparaissait pas dans l’écran principal, et trop de « fausses alertes » conduisant le docteur à ignorer les véritables alertes).

  • B84 « Sur l’utilisation inconditionnelle du PDA dans le service d’urgences » par le prof. TOMII

    Le PDA est utilisé dans cet hôpital pour la confirmation des perfusions (par lecture de code-barre). Cette pratique n’est cependant pas bien adoptée dans le service des urgences. Certains problèmes liés à l’utilisation du PDA sont: nombre insuffisant pour le nombre de soignants, démarrage et login lents, batteries plates, pannes, etc. Cependant, hormi ces problèmes, le faible usage des PDA semblait être dû essentiellement à une mauvaise conscientisation et information du personnel soignant.

  • B85 « Utilisation d’un logiciel d’analyse de DPC [données comptables de l’hôpital] pour l’analyse de données et la visualisation du contenu des soins » par Keiko KOYANO

    Le logiciel « Medi-Target » (de Nissei Information Technology Inc.) a été sélectionné entre autres pour les raisons suivantes: flexibilité et configuration possible de l’outil, rapport exportable en Excel.

    Différents types d’analyses ont pu être réalisés, comme: (1) l’analyse du la durée d’hospitalisation pour une pathologie particulière (qui a permis de mettre en évidence et de corriger certains problèmes liés à l’itinéraire clinique de l’hôpital, ou à la prescription de certains médicaments causant souvant des effets secondaires); et (2) l’analyse des traitements comparés entre différents départements de l’hôpital (qui a permis de valider le contenu des soins en fonctions de d’autres facteurs).

  • B86 « Itinéraires cliniques conformes au standard international de systèmes informatiques médicaux » par le prof. Hideshige HASEGAWA

    Exhortation du présentateur à suivre le standard international qui est en train d’être mis en place (ISO-13606) relatif à la communication entre dossiers médicaux électroniques (EHR). Au Japon, les dossiers médicaux électroniques étant très répandus, diverses initiatives se mettent en place pour les faire communiquer (notamment dans le cadre d’itinéraires cliniques de collaboration inter-hospitaux), mais ne suivent aucun standard. Par ailleurs, le standard ISO-13606 est encore très léger et ne permet pas de communiquer un grand nombre de données, ce qui en rend l’adoption difficile.

    Discussion de la différence d’approches entre le Japon et l’Europe: au Japon, beaucoup d’EMR existent, mais ne sont pas standardisés. En Europe, la discussion d’un standard avance alors que peu d’hôpitaux soient correctement équipés. Un élément clé du standard est l’approche par « workflow ».

15:00-16:00 B91-B96 Trajets de Soin (Itinéraires cliniques)

  • B91 « Utilisation d’une checklist et unification de la formation à l’utilisation d’itinéraires cliniques informatisés » par Eriko WATANABE

    Cet hôpital utilise 114 itinéraires cliniques différents dans diverses disciplines (2831 cas en 2008; environ 30% des soins suivent un itinéraire clinique). La maitrise du logiciel d’itinéraires cliniques est très bonne (98% du personnel), mais difficile pour les nouveaux venus. Cette présentation concerne la formation des nouveaux suivant une checklist, ayant permis la maitrise du logiciel par 100% des soignants.

  • B92 « Itinéraires cliniques informatisés: Situation actuelle et problèmes » par Tomoko HIRATA

    Cette présentation concerne la vérification de la complétion des données introduites dans le système d’itinéraires cliniques informatisés. Certains types d’information (telle la variance) sont relativement peu complets dans certains départements de l’hôpital. La modification de certains itinéraires cliniques (en rendant les causes de variance plus facilement compréhensibles et évaluables) a permis d’augmenter la complétion de l’information collectée.

  • B93 « Amélioration des itinéraires cliniques pour la chimiothérapie » par Kumi NAKAMURA

    L’Hôpital de Aizawa utilise les itinéraires cliniques pour la chimiothérapie. Ces itinéraires sont disponibles online (en Japonais), ici. Différents IC sont liés à différentes substances.

    Cette présentation concerne l’amélioration des itinéraires cliniques, par l’analyse des soins prodigués, et par des interviews collectés auprès des patients et du personnel soignant. Les améliorations concernent notamment: amélioration de la détection d’effets secondaires, le remplacement de certaines substances par d’autres plus appropriées, une meilleure guidance pour le patient.

  • B94 « Idées pour la mise en pratique d’itinéraires cliniques avec un dossier médical informatisé » par le prof. Satoshi INOUE

    Conseils pratiques pour l’informatisation d’IC: mettre les IC sur papier avant de les introduire dans le système, unification des causes de variance, impression des différents documents en 1 seul click, automatisation de l’archivage du résultat d’un IC accompli, … <– pas transcendant

  • B95 « Itinéraire clinique pour la supervision de la chimiothérapie pour le cancer du colomb » par le prof. Hiroshi MIYAMOTO

    Etude concernant les incidents liés aux substances FOLFOX4 et FOLFIRI après l’informatisation des itinéraires cliniques.

  • B96 « Adoption d’un itinéraire de coopération inter-hôpitaux pour le cathéter cardiaque » par le prof. Akio OSHIMA

    Présentation d’itinéraires cliniques de coopération inter-hôpitaux, pour assurer le suivi de patient ayant subi une intervention chirurgicale par cathéter cardiaque. Ce type d’IC contient une série de check-ups et d’examens que le patient doit subir dans différents endroits (hôpital, clinique, médecin généraliste). L’IC remis au patient donne une vue complète de ces étapes, et lui permet de garder trace des résultats.

Note: Pour ceux que cela intéresse, les abstracts sont disponibles ici. Ils sont en Japonais, mais la traduction automatique en Anglais via Google translate devrait donner un aperçu valable du contenu.

posted in Events | 5 Comments

22nd avril 2008

Earth Day Tokyo 2008

Earth Day Tokyo 2008
Earth Day Tokyo 2008

Le week-end passé à Tôkyô, comme dans beaucoup d’autres pays, on célébrait le Earth Day (アースデー). Pour l’occasion, un événement a eu lieu au Parc de Yoyogi (代々木公園 yoyogi kôen) près de Shibuya.

http://earthday-tokyo.org/

Plutôt intéressé par ce genre de rassemblement sur le thème de l’environnement, c’est avec certaines attentes que je me suis rendu sur place avec mon épouse et ma fille. Le bilan? Mitigé.

Ce que j’ai aimé

La logistique de l’événement était plutôt bonne. Et vu le monde qu’il y avait dimanche, le bon côté, c’est que beaucoup de gens ont pu être en contact avec toutes sortes de magasins, d’associations ou de compagnies portées sur la question de l’environnement. Très accessible au grand public.

Le rôle de la sensibilisation était tangible. Par exemple:

  • Plutôt que de servir la nourriture dans des assiettes jetables, l’association (ONG) A SEED JAPAN distribuait des assiettes et baguettes réutilisables (objectif « gomi zero » càd « zéro déchet »)
  • Toute l’énergie consommée était produite à 100% à partir de sources d’énergies naturelles: Fuel Biodiesel (voir aussi ici), Hydrogène et Energie Solaire. Excellent.

Quelques photos:

Un tour en taxi velo Energie solaire Musique!
Quelques photos de Earth Day Tokyo 2008

Ce que j’ai moins aimé (ou: peu mieux faire)

J’ai cependant été un peu déçu par le fond. Je veux dire: la plupart des exposants semblaient être de petit magasins bio, ou fermiers bio, qui vendent chacun leur petit produit, ou bien des entreprises qui veulent montrer qu’elles sont « vertes » (beaucoup trop de « green washing » à mon goût). Pas vraiment de « vue globale ». C’est vrai que l’écologie, c’est comme tout, ça commence petit, par des petits gestes du quotidien. Mais j’aurais espéré davantage de stands d’information, d’éducation à différents aspects de l’écologie.

Et après?

Ceci dit, je vais plutôt considérer cet événement comme un stimulant, un incitant à aller plus loin, à me former et à m’informer. Par exemple: je suis allé calculer la quantité de CO2 que j’émets par an, sur http://myco2.net/. Ce qui est bien, c’est que le calcul est adapté au style de vie japonais (revers de la médaille: le site n’est qu’en Japonais).

MyCO2: ma consommation annuelle de CO2
MyCO2: ma consommation annuelle de CO2

Résultat: 8.37 tonne / an, soit moins que la moyenne japonaise. Et c’est sensé prendre en compte notre voyage annuel en Belgique et autres déplacements. L’étape suivante serait de trouver des pistes concrètes pour améliorer son score. (makemesustainable.com est une tentative, mais qui n’est pas adaptée au style de vie japonais).

Voilà donc. Earth Day Tokyo 2008, bien que n’ayant pas comblé toutes mes attentes, aura néanmoins été un stimulant pour « passer au vert » — SHIFT GREEN, comme le dit le slogan.

Et vous, qu’avez vous fait pour le Earth Day 2008? Si vous avez des informations ou pistes d’actions concrètes, n’hésitez pas à les partager.

posted in Events | Comments Off on Earth Day Tokyo 2008

6th janvier 2008

Tirer les rois au Japon

Cette année-ci, nous avons tiré les rois à deux reprise en une semaine. C’est une coutume méconnue de la plupart des japonais, mais chose bizarre: on vend des galettes des rois dans les department store à Tôkyô! Alors quand on vend un produit mais qu’on ne sait pas comment cela s’utilise, cela cause inévitablement quelques bizarreries.

Galette japonaisePremière tentative. Je choisis la galette et la dame du magasin me dit:
« Pour éviter que les gens ne s’étranglent en mangeant le gâteau, la fève est distribuée séparément, et c’est à vous de la mettre dans la galette ». …
C’est moi qui ai failli m’étrangler en entendant cette excuse bidon! Et quand je lui demande comment on est sensé faire, elle me dit:
« Oh, il suffit de la glisser dans une des parts après avoir coupé la galette ».
Ah c’est malin! Heureusement, j’ai pu me débrouiller pour faire cela discrètement, et entre nous, la galette était délicieuse.

Vive le roi!Deuxième tentative, deux jours plus tard dans un autre magasin. D’abord, quand je commande la galette, la brave dame ne comprend pas ce que je veux. Bon, j’admets que j’ai dit « galette des rois kudasai » (=une galette des rois svp) au lieu de « garetto dé rowa kudasai » (ガレット・デ・ロワ下さい), mais bon, il faudrait quand même apprendre le nom de ce qu’on a dans l’étalage, ma p’tite dame. Ensuite, comme je me rappelle du coup de la fève fournie séparément deux jours plus tôt, et que je vois la fille qui m’emballe la galette sans rien dire, je lui demande:
« Est-ce qu’il y a une fève dans la galette? »
(question idiote, je sais, mais pas si idiote que cela au Japon). La pauvre fille me répond:
« Shôshô o machi kudasai » (=un instant svp)
et court chez sa supérieure demander ce que le gaijin au comptoir (moi) appelle une fève. Elle revient avec le sourire, et sort du comptoir quelques fèves et me dit:
« Vous avez droit à un jouet avec le gâteau, vous pouvez choisir parmis les jouets suivants ».
La pauvre n’a apparemment pas compris a quoi ça sert. C’est pas grave, pas le temps de lui expliquer, je regarde les fèves qu’elle me tend pour choisir et, stupeur, je réalise que j’ai le choix entre: (1) une andouille et (2) des piments (en porcelaine). Cool idée pour une fève. Tant qu’a faire, j’opte pour l’andouille, je paye et je m’en vais. Et c’est pas fini: à mon retour, je lis la notice (si-si au Japon, il y a une notice sur les galettes des rois) qui dit: « Pour éviter les étranglements (encore, c’est une fixation dis-donc), nous avons remplacé la fève par une amande ». Oh ho! Joli, les japonais! Comme ça, pas besoin de mettre la fève dans la galette, celui qui tombe sur l’amande est le roi et reçoit un super jouet comme récompense (une andouille dans ce cas-ci)!

On a bien ri en tout cas.

posted in Events | 2 Comments

26th septembre 2007

Jeff Immelt, en live!

Aujourd’hui, j’ai eu la chance d’assister à un meeting avec Jeff Immelt (président et CEO de General Electric).  C’était la première fois que je voyais notre CEO… en chair et en os!

Le « Town Hall Meeting » s’est tenu à l’Academy Hills, au quarantième étage d’un des gratte-ciels du prestigieux complexe de Roppongi Hills.  Jeff avait l’air en pleine forme, malgré son horaire apparemment bien chargé (on est CEO ou on ne l’est pas).  Son speech a été très court, pour lui permettre de répondre à un maximum de questions de l’assemblée (environ 500 personnes, venant des différents business de GE Japan).

Voici en vrac quelques questions abordées:

  • « J’ai l’impression que les produits et services que je vends sont des ‘commodités‘ ».  Jeff: GE ne veut pas vendre de commodités; GE veut se focaliser sur la technologieWe do big things.  Au Japon, on a tendance à croire qu’il faut toujours faire ce que dit le client.  Mais ne vous laissez pas enfermer dans la « boite des commodités ».
  • « Au sujet de la décision de vendre Lake (personal loans de GE Money) ainsi que GE Plastics ».  Jeff a expliqué que c’étaient des domaines ou il avait estimé que GE ne pouvait pas croitre réellement, le premier à cause de l’attitude protectionniste des banques japonaises, et l’autre car pour commercialiser des plastics, il aurait fallu que GE ait un pied dans le business pétrolier, ce qui n’est pas le cas.
  • « Vous qui avez vécu le 11 septembre, quelle attitude adoptez-vous en temps de crise? »  Jeff: avec le temps, on devient de plus en plus tolérant face aux crises et aux tensions.  En temps de crise, il faut (1) simplifier: se concentrer sur l’essentiel, (2) communiquer: échanger un maximum d’information, et (3) ne pas négliger les détails: veiller à ce que chacun fasse son travail.
  • « Comment vous auto-évaluez-vous, sur une échelle de 1 à 5? »  Jeff: Le soir, en me regardant dans le miroir, je fais mon examen de conscience, et je me dis: j’aurais pu faire mieux ici et là.  Mais le lendemain matin, lorsque je me reveille, je me dis: « Jeff, tu es le meilleur! »…  Il faut les deux.
  • « A propos de l’initiative Ecomagination de GE, dans le domaine environnemental. »  Jeff: Tout d’abord, je dois avouer que je ne suis pas vraiment écolo.  C’est en regardant les différents businesses de GE, que nous nous sommes rendu compte que GE était actif dans le domaine de l’environnement (épuration de l’eau, énergie solaire, éoliennes, etc) et qu’il y avait des opportunités à saisir.  Les buts d’Ecomagination sont: se concentrer sur l’aspect technologie pour résoudre des problèmes environnementaux; et faire de l’argent.  La société change constamment, et s’il y a des domaines ou GE peut contribuer au bien de la société en gagnant de l’argent, c’est bien.
  • « Chez GE Healthcare, nous rencontrons parfois d’énormes problèmes de qualité; que faire? »  Jeff:  La FDA existe, les règles existent et elles sont claires. Follow the rules!  Si vous ne suivez pas les règles, je serai votre pire ennemi!

Voilà le message de notre leader.  Mon avis?  J’ai été un peu déçu de la réponse de Jeff en ce qui concerne l’environnement (quoique content de sa franchise).  Mais son message est clair et consistant.  On sent bien qu’il est concentré sur sa mission: permettre à GE de continuer à croitre.

posted in Events | Comments Off on Jeff Immelt, en live!