17th mars 2007

La passion d’entreprendre

Je suis toujours épaté par les récits de startups. Créer son propre business!

Une amie de mon épouse qui, après avoir accumulé diverses expériences dans la restauration (notamment dans un restaurant a sushi, un restaurant « bio » et un restaurant « ryotei » 5 étoiles), termine des études de diététique et cherche son prochain boulot. Elle a toujours rêvé d’ouvrir son propre restaurant; cela fait presque dix ans maintenant qu’elle y pense.

Pendant ce temps, un brillant ingénieur commercial, ayant travaillé plusieurs années comme consultant pour une firme internationale, voyageant entre Tokyo et New York, décide à l’annonce soudaine de la mort de son père, de retourner à Hamamatsu, sa ville natale. Il se lance ensuite dans un tour du monde et visite beaucoup de pays pauvres, où il rencontre des gens qui souffrent et meurent de faim. Ce déséquilibre entre pays extra-riches et pays extra-pauvres le fait réfléchir: il se dit que si toute la nourriture utilisée pour engraisser les boeufs des riches pouvaient être redistribuée à ceux qui crèvent de faim, le monde tournerait sans doute un peu plus rond. Cela l’amène ainsi petit à petit, à l’idée d’ouvrir dans sa ville natale un restaurant de curry indien basé sur les trois grans axes suivants:

  1. Fair-trade: importation d’aliments (essentiellement, épices et thé d’Inde) en payant un prix qui permette de rémunérer dignement les producteurs
  2. Aliments biologiques: utilisation d’ingrédients se source « sûre », pas d’OGM, pas de pesticides…
  3. Utilisation des resources « du terroir » (excepté pour les aliments « fair traide)

C’est ici que le destin de ces deux personnes se rencontrent, et notre amie est invitée à se lancer avec lui dans l’aventure de « Bija » (c’est le nom du futur restaurant). Décision difficile, certes, pour une tokyoite de quitter sa ville natale pour une ville de province comme Hamamatsu, mais néanmoins pleine de promesses. (Suite de cette histoire sur le site de Bija, qui ouvrira au mois de mai prochain).

Quels sont les éléments nécessaires pour démarrer un business qui marche? Une idée originale? Une « mission »? Un caractère marqué? Une recette unique? Tous ces éléments, si pas nécessaires sont en tout cas déterminants de la réussite d’une entreprise, mais je me demande si, dans le fond, le plus important n’est pas simplement d’Y CROIRE?! La passion. L’optimisme. Je ne parle pas de naiveté, mais de la conviction ferme que les difficultés, quelles qu’elles soient, peuvent être surmontées.

A quand le lancement de mon propre business?

posted in Opinion | Comments Off on La passion d’entreprendre

13th mars 2007

Flexible Upload 1.3

J’ai recu pas mal de commentaires (80 à ce jour, en incluant les trackbacks et mes réponses), à propos de mon premier plugin. Et aussi pas mal de requêtes pour inclure de nouvelles fonctionalités. Certains commentaires, la plupart d’ailleurs, sont encourageants: remerciements, félicitations… Mais c’est dingue de voir que certaines personnes sont parfois assez sévères dans leurs critiques et oublient que ce plugin, c’est du pur « bénévolat ». Enfin, c’est un premier contact avec l’open-source. Et je comprends pourquoi ca marche: rien à faire, on est emballé quand ce qu’on fabrique peut être utile à quelqu’un.

Mais voila donc la version 1.3, avec une cool page de configuration, et qui inclut pas mal de demandes. Il y aurait encore beaucoup de boulot pour en faire un truc parfait, mais disons que cela reste une version bêta, et que c’est « good enough », pour citer ce cher Ed Yourdon.

posted in Wordpress | 1 Comment

2nd mars 2007

Données « privées »?

Confidentialité, et plus encore l’apellation anglaise « privacy », voilà des mots à la mode.  Les entreprises sont de plus en plus acculées à suivre des règles strictes en matière de gestion des fameuses données privées ou informations personnelles.  Et les medias sont à l’affut de toute fuite pour la crier haut et fort.

Bien sûr, toutes les compagnies vous diront qu’elles « prennent le problème très au sérieux », et que les données que vous leur communiquez ne seront dévoilées à personne, et on aimerait pouvoir les croire…  Mais soyons réalistes, il devient de plus en plus difficile de se protéger de toute fuite, et je serais curieux de voir tous les dossiers à mon sujet qui peuplent les disques durs de compagnies dont je ne (re)connais même pas le nom.

Récemment, j’ai reçu un coup de fil au boulot d’une personne qui s’est présentée sous le nom de Mike à la réceptionniste (il n’avait pas mon numéro direct), et comme un niais (il se fait que je connais un certain Mike) j’ai pris le coup de fil.  Puis, quand j’ai compris que le Mike en question essayait de me vendre des produits financiers pour expatriés, je l’ai poliment interrompu et je lui ai demandé si je pouvais savoir où il avait obtenu mes coordonnées.  Celui-ci me répond alors sans aucune gêne qu’ils ont acheté une liste de contacts à une « entreprise » qui fait des recherches sur Internet pour trouver le nom et le lieu de travail d’expatriés.  Mais c’est bien sûr: une boite d’espionnage en somme!

C’est comme les types qui ont fondé une compagnie qui rassemble un tas d’informations personnelles et les vend sur Internet (pour la modique somme de 8 dollars si je me rappelle bien), on peut notamment connaitre le salaire, numéro de securité sociale, casier judiciaire etc de la personne.  Ca aussi c’est cool.

Enfin, je me rappelle d’un documentaire sur Google, qui tout en reconnaissant le succès de la compagnie, mettait en garde contre sa « toute-puissance », par la quantité de données qu’elle possède.  Par exemple, en ouvrant un compte gmail, tous mais mails sont stockés dans les disques durs de leurs « data centers » géants, localisés… aux Etats-Unis.  Bien sûr, Google vous dit qu’ils sont très sérieux, et qu’ils ne jouent pas avec ça, mais n’empêche… si Bush (ou son successeur) décide un jour pour une raison ou une autre que les belges du Japon sont sur l’ « axe du mal », ça m’étonnerait que Google puisse faire grand chose pour l’empêcher de mettre la main sur mes données.  Bon, ok, j’admets que c’est un peu surréaliste.

Mais ce que je veux dire, c’est que j’ai fichtrement l’impression que la confidentialité a ses limites, et qu’on aurait bien des raisons d’être un peu plus paranos par moments.

posted in Opinion | 2 Comments